De confinement à expansion – Un cas d’asthme et de fatigue

De confinement à expansion – Un cas d’asthme et de fatigue

Lorsque Tamara est entrée dans mon bureau, j’ai remarqué à quel point elle avait l’air fatiguée. Elle avait avec elle son enfant de 2 ½ ans qu’elle allaitait encore.  C’était son troisième enfant et elle lui avait donné naissance à l’âge de 40 ans. Ses deux premiers enfants était alors des adolescents. Elle avait été très heureuse en apprenant qu’elle allait avoir un autre enfant et n’avait pas eu de problèmes pendant la grossesse ni l’accouchement.

Tree_optElle faisait de l’asthme allergique depuis toujours et sa respiration était devenue plus difficile pendant cet hiver froid et humide. Ses symptômes se produisaient en soirée avec des spasmes intenses. “C’est comme une contraction complète, comme si mon poumon s’affaisse, comme s’il n’y avait rien à l’intérieur pour me soutenir. Je ne peux pas inspirer et je suis terrifiée.”
Elle parlait de se sentir vide à l’intérieur, ce qui la faisait se sentir vulnérable. “Je n’ai pas beaucoup de force intérieure, et je mets une coquille autour de moi afin que personne ne remarque qu’il n’y a rien là-dedans.” “Je suis contenue à l’intérieur de cette coquille et c’est serré et rigide autour de moi. Elle se referme autour de moi, ça m’étouffe et je veux la repousser pour avoir un peu d’espace”.

Tamara utilisait un language métaphorique similaire pour exprimer son mouvement de base qui la retenait de s’exprimer. “Toute lutte sort de moi, me rend plus petite, dégonflée. Plus cela arrive, plus ça m’est difficile de me remplir à nouveau.”

Elle a ensuite décrit sa propre naissance: “C’était comme si ma mère me retenait. Je veux naître et continuer avec ma vie. J’ai besoin d’expansion, mais il y a quelque chose qui me retient. Comme un ballon qui est gonflé puis se dégonfle. Si je gonfle trop, ça va éclater, alors je me retiens pour ne pas prendre trop d’expansion, pour ne pas gonfler trop.”

Le choix de l’image (retenue, gonfler et dégonfler le ballon), ainsi que le mouvement sous-jacent de retenir l’expression de soi à des époques différentes et dans des domaines différents de sa vie, était le même que ce qu’elle utilisait pour décrire sa souffrance physique. Son utilisation de la même image pour décrire l’état de son corps et de son esprit a fournit à l’homéopathe le lien essentiel pour le choix du remède pouvant aider Tamara. Elle a pris une dose de son remède et a vécu beaucoup de changements dans sa vie pendant les six mois suivants. Elle a commencé à parler pour elle-même, et son asthme a diminué de manière significative. L’automne et l’hiver suivant, elle sentait un resserrement périodique dans sa respiration et reprenait le remède lorsque cela se produisait.

 

Carla Marcelis, ND, DHom

Carla apporte un dévouement, une passion et une expertise en tant que chef de mission à la Clinique MICH au Honduras et dans son rôle en tant que directrice et enseignante à l’Institut d’homéopathie classique de Montréal. Visitez son site web pour en savoir davantage à son sujet et pour lire son blogue (en anglais).

Share this:

Posted in: Allergies, Conditions chronique, Domaines d'application, Le Chemin homéopathique vers la santé

Leave a Comment (0) ↓