Montreal Institute of Classical Homeopathy

La Renaissance de l’Homéopathie

La Renaissance de l’Homéopathie

Le Dr Hahnemann serait heureux d’apprendre que plus de deux siècles après ses découvertes et ses recherches, la médecine homéopathique est proclamée la médecine naturelle d’avant-garde du 3e siècle.

Aujourd’hui, l’homéopathie est la forme de médecine alternative la plus utilisée dans le monde, soutenue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) (1), qui déclare qu’environ 500 millions de personnes à travers le monde reçoivent des soins homéopathiques. En 2004, l’OMS a soumis “L’homéopathie: L’Examen et l’analyse des rapports sur les essais cliniques contrôlés”, qui maintient que la majorité des articles scientifiques revus par des pairs publiés au cours des 40 dernières années ont démontré que l’homéopathie est équivalente aux médicaments conventionnels dans le traitement des maladies, à la fois chez les humains et chez les animaux.

En février 2010, l’OMS a mis en place des mesures de standardisation de la préparation des remèdes homéopathiques.

L’Homéopathie: En 2e place comme système médical au niveau international

Au niveau international, l’homéopathie est au 2e rang en tant que système medical (2), avec plus d’un milliard de dollars dépensés sur cette thérapie.

La haute estime internationale envers l’homéopathie se reflète dans la législation de gouvernements de tous les pays n’étant pas contrôlés par des intérêts pharmaceutiques. L’homéopathie est actuellement utilisée dans plus de 80 pays.

•  Elle a une reconnaissance juridique en tant que système individuel de médecine dans 42 pays et est reconnue comme faisant partie de la médecine complémentaire et alternative dans 28 pays. (3)  Christian Boiron a dit: “L’homéopathie a déployé ses ailes dans le monde, avec présentement 450 millions de patients”. (4)

 • Aux É.-U.A., plus de 500 médecins et 5000 non-médecins utilisent l’homéopathie dans leurs pratiques cliniques, et 2,5 millions d’Américains utilisent des remèdes homéopathiques – dont les deux tiers sont auto-prescrits et totalisent plus de 250 millions de dollars annuellement. (5)

• L’homéopathie est la plus populaire en Inde, où le nombre de praticiens homéopathiques enregistrés a plus que doublé en deux décennies – passant de 105 000 en 1980 à 246 000 en 2010. (6)

Ces homéopathes travaillent dans plus de 215 hôpitaux homéopathiques et 7000 dispensaires. Delhi qui comptait 28 dispensaires homéopathiques en 1978 en compte maintenant 78. Le nombre de patients prenant des remèdes homéopathiques a plus que doublé en 2006, à partir des 800 000 qu’ils étaient en 1997. (7)

Les prescriptions homéopathiques sont remboursées dans le cadre du Service national de santé. L’Inde a un grand nombre de collèges homéopathiques, dont beaucoup sont pris en charge par les gouvernements de l’état ou le gouvernement fédéral. Le personnel de l’Hôpital homéopathique de Bombay compte une liste impressionnante de médecins homéopathes célèbres, reconnus pour leurs succès dans le traitement de tout, de l’asthme et le cancer à la colite ulcéreuse.

En 1970, le gouvernement du Sri Lanka (Ceylan) a établi une loi sur l’homéopathie, accordant une reconnaissance officielle à cette pratique.

L’Homéopathie est une pratique de médecine courante et acceptée en Europe

•  Trois Européens sur quatre connaissant l’homéopathe et, de ceux-ci, 29 % l’utilisent pour leur santé. (8)

•  En 2009, la Suisse, comme d’autres pays européens, a inscrit l’homéopathie dans sa constitution.

•  L’Office fédéral de la santé publique a déposé un rapport au gouvernement de la Suisse, avec la conclusion que «l’efficacité de l’homéopathie peut être étayée par des preuves cliniques, et son application professionnelle et adéquate est considérée sécuritaire”. (9)

•  Dans une autre étude, les psychiatres suisses ont pu établir l’efficacité de l’homéopathie dans le traitement du TDAH. (10)

•  Malgré les pressions à utiliser les traitements allopathiques et les médicaments pharmaceutiques après la Seconde Guerre mondiale, le Parlement britannique a adopté en 1950 la Faculty of Homeopathy Act, incorporant le corps professoral du Royal London Homeopathic Hospital et lui donnant le pouvoir de délivrer des diplômes de compétence en homéopathie.

Le Royaume-Uni a placé l’homéopathie dans le plus grand groupe de thérapies alternatives (11) avec l’ostéopathie, l’acupuncture et la phytothérapie, et l’a décrit comme une “discipline professionnelle organisée avec sa propre approche de diagnostic ….”. Le même rapport mentionne la preuve scientifique de son efficacité et de système reconnu de formation pour les praticiens.

Le National Health Service rembourse les médecins homéopathiques pour les traitements, en dépit des pressions exercées par les intérêts pharmaceutiques et leurs représentants. Plus de 42% des médecins britanniques réfèrent des patients à des médecins homéopathes. (12) L’Homéopathie est la spécialisation la plus en demande parmi les stagiaires médicaux britanniques. 86% des médecins généralistes écossais interrogés en 2003 ont également été jugée en faveur de l’homéopathie. (13)

60 % des médecins qui utilisent l’homéopathie le font en raison de son efficacité et de leur anxiété sur les dangers des traitements conventionnels, selon un article écrit par R. Halvorsen, “Alternative therapies in the practice” dans The General Practitioner Magazine de février 2005.

Un des quatre hôpitaux homéopathiques du National Health Service, le Royal London Homeopathic Hospital, traite à lui seul 30 000 patients par année.

•  Le Royaume-Uni n’est pas seul. En 1978, la Drug Law de la République fédérale allemande a établi un registre séparé pour les remèdes homéopathiques, leur procurant ainsi une protection légale. En France, où plus de 32 % des médecins utilisent l’homéopathie avec plus de 30 % de la population (14), the official pharmacopoeia has a separate section for homoeopathic medicines. 45% des médecins hollandaise (15) jugent les remèdes homéopathiques efficaces. La Russie, la Roumanie et d’autres pays de l’Europe de l’Est procurent un soutient de l’état aux cliniques homéopathiques.

•  Le gouvernement grec a aussi légiféré sur l’homéopathie. 37 % de la population norvégienne, 48 % de celle de l’Australie et 90 % de celle de la Hollande favorisent l’homéopathie.

Écoles nationales et centres pour Homéopathie

•  Le Mexique a plusieurs facultés de médecine homéopathique, tant publiques que privées, la principale étant la Escuela Nacional de Medicina Homoeopatica.

•  Au Brésil, l’école médicale fédérale financée par le gouvernement compte des professeurs d’homéopathie. À Cuba, les centres provinciaux et nationaux d’homéopathie forment des professionnels de la santé (environ 700 médecins, 150 pharmaciens, 600 vétérinaires et 250 dentistes) et fournissent des services homéopathiques dans toutes les polycliniques de l’île.

L’Homéopathie est pratiquée et mise de l’avant par des praticiens en médecine conventionnelle

La vaste majorité des contributions aux pathogénèses de remèdes, ainsi que la recherche et la documentation, ajoutées à la Matière Médicale homéopathique a été et continue d’être faite par des médecins. D’autres professionnels licenciés se spécialisant en homéopathie incluent les médecins en naturopathie, les chiropraticiens, les acupuncteurs, les assistants des  médecins, les super-infirmières et les infirmières. Il y a aussi des centaines de vétérinaires et dentistes utilisent l’homéopathie, et leurs nombres ne cessent de grandir.

L’Homéopathie en Amérique du Nord

Qu’est-il arrivé à l’homéopathie en Amérique du Nord au cours du siècle dernier? Après sa popularité spectaculaire aux États-Unis et en Europe dans les années 1800, l’homéopathie est devenu l’objet d’une opposition vigilante de ses détracteurs qui ont promu de faux préjugés à son sujet. Il est intéressant de noter que l’American Medical Association a jugé que les écoles et les hôpitaux de formation homéopathiques étaient non conventionnelles parce qu’elles permettaient aux femmes et aux gens de race noire d’être formés et de pratiquer.

Ensuite, la Fondation Carnegie a pris le parti de l’AMA, comme l’a fait la Fondation Rockefeller, aidant financièrement les hôpitaux médicaux plus “conventionnels” à coup de dizaines de millions de dollars (en 1919), délaissant les écoles homéopathiques.
Enfin, la hausse du traitement pharmaceutique rentable (l’homéopathie n’est pas brevetée, est peu coûteuse à fabriquer, et est accessible), et l’application inappropriée des essais cliniques et méta-analyses à l’homéopathie, l’envoya en arrière plan en intervention médicale aux yeux des Nord-Américains. Le Québec, où les gens sont maintenus dans l’ignorance de l’homéopathie en raison de la dépendance économique historique de la province sur l’industrie pharmaceutique, a eu sa propre victime de cette tendance: L’Hôpital homéopathique de Montréal (maintenant l’hôpital Queen Elizabeth, sur Marlowe dans NDG) a fermé ses portes en 1950. Pendant sa première année d’existence, cet hôpital a dépassé tous les records du Dominion, avec un taux de décès de seulement ¾ d’un pour cent.  (16)

Le Futur de l’Homéopathie

Mais les choses ont changé. De plus en plus, les gens recherchent une médecine qui travaille avec eux pour soutenir la capacité de leur corps à se guérir et s’intéressent moins aux médicaments qui fonctionnent “sur eux” et qui peuvent produire des effets secondaires et des risques inutiles. L’Internet rejoignant maintenant notre société en général, les nouvelles se répandent de plus en plus loin sur les bénéfices d’utiliser l’homéopathie et plus que jamais les gens s’approprient le pouvoir avec l’information dont ils ont besoin pour trouve la médecine qui leur convient. Lentement, nous constatons que les opinions changent et que le moment est venu pour que notre système de santé intègre l’homéopathie.

Le fait que le gouvernement de l’Ontario a créé un Ordre des homéopathes de l’Ontario démontre bien cela.

De nouveaux horizons s’ouvrent toujours pour l’homéopathie!

Judyann McNamara – ND, DHom, CCH

A l’origine physicienne et chercheur dans le domaine biomédical, Judyann a une pratique clinique depuis plus de 15 ans, donne des conférences depuis 1984 et a enseigné depuis 1975 les matières suivantes: la physique, les sciences de la santé, l’homéopathie, le holisme et la spiritualité. Pour en savoir plus, visitez sa page de profil dans notre Annuaire Professionnel.

References:


(1) B. Poitevin, WHO Policy and Practice, Integrating homoeopathy in health systems, 1999 http://www.who.int/bulletin/archives/77(2)160.pdf

(2) World Health Report, WHO Global Atlas of Traditional, Complementary and Alternative Medicine, Map Volume, 2005

(3) Legal Status of Traditional Medicine and Complementary/Alternative Medicine: A worldwide review. Geneva: World Health organization; 2001

(4) Waarom ik vertrouwen heb in homeopathie, 1st ed. Standaard Uitgeverij (Antwerpen, 2007), backcover

(5) Lawrence M.Tierney, Jr. et al, “Current Medical Diagnosis & Treatment”, USA: The McGraw-Hill Companies, Inc. 2004 (1701-03; 4th ed.)

(6) Kounteya Sinha, “Homeopath doctors double in two decades”, The Times of India, TNN, Sep 1, 2012

(7) Business Standard: http://www.business-standard.com/article/beyond-business/savvy-marketing-sees-surge-in-alternative-therapies-109063000153_1.html

(8) Homeopathic medicinal products. Commission report to the European Parliament and the Council on the application of Directives 92/73 and 92/74

(9) Gudrun Bornhöft, Peter Matthiessen. (Springer 2011) Homeopathy in Healthcare: Effectiveness, Appropriateness, Safety, Costs.

(10) Spezialarzt FMH für Kinder und Jugendliche, FA Homöopathie SVHA, Laupen, Switzerland. [email protected]

(11) House of Lords report on complementary Medicine 2000

(12) Richard Wharton and George Lewith. “Complementary Medicine and the General Practitioner.” British Medical Journal 292 (7 Junhe 1986):1498-1500. And: Natural medicine Society News, UK, 21, June 1992

(13) Hamilton E, Exploring General Practitioners attitudes to homeopathy in Dumfries and Galloway, Homeopathy, 2003, 92, 190-194

(14) F. Bouchayer “Alternative Medicines: A General Approach to the French Situation.” Complementary Medical research 4(2):4-8

(15) J. Kleijnen, Knipschild and ter Riet, “Clinical Trials of Homeopathy” British Medical Journal(302) 1991 316-23

(16) http://www.homeopathy.edu/historycdn.htm, “Homeopathy in Canada: A Synopsis” Presented in 1994 at the 8th International Conference of Traditional Medicine and Folklore at St. John’s NF. The paper was also published in Health and Homeopathy, Fall of 1995.

Share this:

Posted in: La Médecine de l’âme, Recherche

Leave a Comment (0) ↓