L’Attrait des dépendances – Un cas homéopathique

Le défi d’un homéopathe devant quelqu’un souffrant d’une dépendance de longue date, de n’importe quelle sorte, c’est de dépasser ses propres idées et croyances préconçues. Avec un certain degré de pleine conscience et d’humilité, nous pouvons reconnaître que nous sommes sujets à des énergies puissantes d’attachement et de désirs, et que nous vivons collectivement des formes variées de dépendances dans nos propres vies.

Le processus homéopathique

MICH met de l’emphase sur l’individualité de chacun au sein du contexte trans-personnel d’être humain. Donc, chaque cas individuel de dépendance est considéré dans un contexte plus large.
L’intervention homéopathique

Un homme d’âge moyen s’est présenté avec une dépendance de longue date pour la pornographie internet. Il a expliqué que sa dépendance était au coeur de sa vie de tous les jours, résultant en un comportement obsessif incontrollable, une perte d’énergie et un état d’esprit perturbé. Il vivait un état continuel de soucis à propos des “réactions des autres” et un “besoin d’amour des autres”. Dès qu’il était pris par l’attrait de la dépendance, déclenché le plus souvent par une pensée ou une image, sa liberté de choix s’en voyait profondément réduite et son habileté à s’adapter au mouvement de son mental disparaissait.

Il a ajouté aussi qu’il a “tendance à être anxieux, surtout à propos de faire correctement tout ce que je fais”. Il réitère ses peurs de “ne pas être aimé et ne pas recevoir l’approbation des autres”. Il a une histoire de burnouts et continue à vivre des patterns similaires de stress dans sa position actuelle au travail, et dans ses relations avec les autres. Dans toutes les sphères de sa vie, l’emphase est placée sur “faire en sorte que les autres se sentent bien, pour qu’ils soient heureux et qu’ils m’aiment”.

Lorsque cet effort de “faire correctement tout ce que je fais” est perçu comme infructueux, son expérience intérieure se bat contre son sens de lui-même avec des sensations de “lourdeur, pesanteur. Il y a un nuage noir, comme un brouillard et une tristesse. Je me sens très sérieux, il n’y a pas de rire. C’est profond, lourd et noir. Une sorte d’enceinte comme une caverne, et qui est toujours là, cachée.”

Après l’intervention homéopathique

À ses rendez-vous de suivi, il mentionne une amélioration globale. “Au travail et dans mes relations avec les autres, je suis plus équilibré. Je ne m’en fais plus autant pour les autres. Il y a beaucoup moins d’extrêmes et plus d’actions spontanées. Il poursuit: “Je sens beaucoup d’espace. Je me sens plus léger. Il y a eu des moments où l’impulsion est revenue, mais j’avais alors plus de choix. Je n’avais plus le besoin d’agir sur l’impulsion. Et lorsque je l’avais, ça durait moins longtemps. Il y avait moins de pulsion vers cela.”

Il a continué avec ses supports homéopathiques pour quatre mois additionnels, constatant une amélioration continuelle, après quoi il a senti qu’il se sentait prêt à arrêter. Un an plus tard, avec un retour de ses impulsions et patterns précédents, il a consulté à nouveau et a très bien répondu à l’homéopathie. Il consulte maintenant lorsqu’il sent une réduction dans on habileté à s’adapter au stress.

[divider style=”hr-dotted”]

Adam Fiore ND, D.Hom

Adam est naturopathe et homéopathe certifié, ayant complété sa formation à MICH, avec une formation additionnelle en médecine traditionnelle chinoise. Visitez son site web à www.adamfiorehomeopathy.com ou lisez le blogue d’Adam.

L’Attrait des dépendances – Un cas homéopathique
Scroll to top